F.A.Q

par Rosanna

QUESTIONS LES PLUS FRÉQUEMMENT POSÉES

De nombreuses personnes me posent des tas de questions via les réseaux sociaux et je mets un point d'honneur à répondre à tout le monde.
Mais je dois avouer que cela me prend du temps et surtout que je me répète sans cesse, car ce sont, en général, les mêmes types de questions reviennent.
J'ai donc décidé d'inclure une page de FAQ pour rassembler les questions les plus fréquemment posées en un seul endroit.


Cliquez sur la flèche pour afficher les différentes réponses.

Je suis d’originaire de la République Démocratique du Congo, plus précisément de Kinshasa. Je vis à Bruxelles en Belgique depuis plus de trente ans mais je reste très attachée à mes racines congolaises ! Je suis fière de pouvoir m’adapter aux deux cultures sans aucun problème.

Je parle couramment le français et le lingala. Je converse aisément en anglais. J’ai également des solides bases d’espagnol et des bonnes notions de néerlandais.

C’est l’une des questions qu’on me pose encore et encore alors pour mettre les choses au clair :
1 : Non, je ne suis pas riche ! Enfin si je riche … En expérience 😉
2 : Non, je ne suis pas issue d’une famille fortunée.
3 : Non, je ne suis pas une escorte.
4 : Non, je n’ai pas de papa gâteau.

Comme je l’ai mentionné plus haut, je travaille à temps plein dans le secteur de Ressources Humaines. J’ai donc une rentrée d’argent mensuelle.
Même si je me fais des petits plaisirs de temps en temps, je voyage généralement à petit budget. Le prix moyen de mes city trips tourne aux alentours de 150 € (vol, hébergement, transport et activités inclus). Vous voyez, le voyage ne coûte pas toujours cher !
Dans ma vie de tous les jours, j’essaie de limiter les dépenses futiles. J’ai gaspillé pendant trop d’années mon salaire dans les fringues, chaussures, maquillages, etc. Lorsque que j’ai décidé de réduire ces coûts (oui réduire, car je reste une femme coquette et me fais quand même encore plaisir de temps à autre). Le budget de ces dépenses était conséquent et je l’ai réinvesti dans la cagnotte “voyage”.
En 2015, j’ai acheté mon 1er appartement, et il faut avouer qu’au vu des loyers bruxellois aujourd’hui, remboursé un prêt hypothécaire est moins élevé que de payer un loyer ! De plus, je ne suis pas une grande fêtarde et je sors peu, je préfère les soirées entre amis relax à la maison. Ça permet une énorme économie, et puis même je sortais beaucoup plus, je ne bois quasi pas jamais d’alcool. En soirée, je me limite à un verre. Vous n’imaginez même pas les économies supplémentaires.

Je travaille à temps plein dans le secteur de Ressources Humaines. De plus, lorsque je sais qu’une destination sera coûteuse, que je vais faire plusieurs voyage de suite ou que je vais prendre des congés sans solde, je n’hésite pas à faire des petits boulots en extra.

Oui, j’ai payé seule tous mes voyages avec mon salaire durement gagné.

Je voyage intensément depuis janvier 2018.
Avant cette date j’ai voyagé occasionnellement pendant une quinzaine d’année. Les destinations se limitaient à : Espagne (Barcelone, Madrid, Îles Canaries), Italie (Rome et Sardaigne), France (Paris), Allemagne (Dusseldorf, Cologne, Berlin, Franckfort), Angleterre (Londres), Pays-Bas (Amsterdam), Grèce (Rhodes).

Ce n’est pas un choix, mais une conséquence.
Cela ne fait que depuis début 2018 que je voyage réellement et pourtant, c’est un rêve qui sommeille en moi depuis plus de 10 ans. Mais j’avais peur de partir seule et encore plus en dehors de l’Europe. Par le passé, mes voyages occasionnels étaient organisés avec des amies. Je me rappelle de mon rêve d’aller à Bali. En 2016, un voyage fut organisé avec un groupe d’ami, notre villa était pré-réservé. Puis le plan est tombé à l’eau et j’ai perdu un peu d’argent. L’année d’après, rebelote, Bali est encore prévu et cette fois-ci tout le monde semble très motivé. Mais au fil du temps de moins en moins d’intérêt pour le projet et c’est là que j’ai eu le déclic et que j’ai trouvé le courage, je n’allais pas indéfiniment attendre les autres ! C’était le début de mes aventures. C’est ainsi que le 26 janvier 2018, je me suis envolée seule en sac à dos vers Bali et le nord de la Thaïlande pendant 1 mois.
Aujourd’hui, je ne compte sur personne, j’organise mes propres voyages, si une personne veut se joindre à moi, elle est la bienvenue, mais seule ou pas, je décolérai et j’arriverai à destination.

La réponse est oui et non. Je m’explique, comme je ne pars pas indéfiniment, je n’ai pas le mal du pays et ma famille ne me manque pas, je sais que je vais les retrouver bientôt. Par contre, lors de mes voyages, certaines activités requiert un minimum de deux personnes, alors je ne trouve pas toujours un inconnu pour m’accompagner et il m’est arrivé de payer pour deux, même si j’étais seule, pour pouvoir faire une activité qui me tenait vraiment à coeur. Alors oui, dans ces moments-là, je peux me sentir seule.

Je vous redirige vers la page “Destination“. Vous trouverez la liste de tous les pays et villes où j’ai été.

C’est une question difficile à répondre car pour moi, chaque pays a ses propres spécificités qui le rendent unique en son genre. En plus, je n’ai pas encore visité tous les pays du monde (un jour peut-être) pour donner ma réponse.

Je n’ai pas encore visité un lieu que je détestais vraiment. Alors si je devais vraiment choisir, ce serait la ville de “Sofia” en Bulgarie, parce que je me suis quand même ennuyé durant mon week-end et que rien ne m’a vraiment émerveillé.
Par contre, vous devez toujours de garder à l’esprit que les expériences dans un endroit peuvent être contextuelles, si vous êtes agressé à un endroit par exemple, vous risquez de vivre le pire voyage de votre vie, mais cela ne signifie pas que cet endroit est nul et qu’il ne faut jamais y revenir.

Vous m’auriez posé cette question il y a deux ans, je vous aurai répondu avec un grand OUIIIIII…
Mais aujourd’hui, ce mode de vie ne me fait plus rêver, tout simplement parce que j’ai trouvé l’équilibre qui me convient entre la découverte de nouveaux lieux et ma vie professionnelle, ce qui me permet sans cesse de briser la routine que je tentais à tout pris de fuir.

En fait, je n’ai pas la réponse à cette question. Aujourd’hui, je suis persuadée que je n’arrêterai jamais de voyager, que si j’ai une vie de famille, j’embarquerai tout le monde dans mes aventures. Mais la réalité est que je grandis, j’évolue et donc je change ! Les certitudes d’hier sont les doutes d’aujourd’hui.
Pour l’instant, je n’ai nullement envie d’arrêter de voyager tout simplement parce que cela me rend heureuse ! Pourquoi me torturer la tête à me poser ce genre de question ? Tant que j’aurai les moyens d’explorer de nouveaux endroits et que cela continu de faire mon bonheur et bien, je poursuivrai ma route.

Alors oui, j’aimerais beaucoup poser mes pieds sur tous les pays du monde, qui n’en aurait pas envie si l’opportunité se présentait ? Par contre, je veux le faire à mon rythme, sans pression ni prise de tête et j’ai toute une vie pour le faire, inchallah. Je compte le nombre de pays où j’ai été, tout simplement parce que c’est mon accomplissement personnel et que ça m’aide à rester lucide et à réaliser le chemin parcouru.

Je ne pense pas qu’on puisse vraiment connaître un pays par cœur, cela fait plus de 30 ans que je vis en Belgique, j’ai visité plusieurs villes du pays, mais je n’ai pas le sentiment de connaître ce pays et je n’ai pas la prétention de l’affirmer.
J’aime visiter des portions d’un pays et revenir dans ce même pays pour en visiter de nouvelles. Retourner deux ou trois fois dans un même pays, et bien j’adore ça, je le fais même assez souvent.

La couleur de ma peau n’est plus une barrière pour moi, je suis NOIRE, je le sais, je le revendique et j’en suis fière. Mes premiers voyages bien qu’ayant été incroyables, n’ont pas toujours été faciles. Quand vous sortez de votre quotidien et que vous êtes confronté aux regards, aux pointages du doigt et même aux moqueries, et ce, quotidiennement, vous êtes vite déstabilisé. Je ne vais même pas m’attarder sur le sujet des gens qui s’enfuient en vous voyant ou de ceux qui refusent de s’asseoir à côté de vous ! Contrairement aux autres cas, ces derniers se sont produit que deux et une fois. Avec le temps, j’ai appris à gérer cet élan d’attention. Il y a encore pas longtemps, je tenais des discours du genre : “moi l’Inde jamais de la vie, même gratuit, je n’irais pas ! ”, “la Croatie, la Hongrie heu les pays de l’Est non merci !”. À l’heure actuelle, j’ai voyagé dans tous ces pays et j’ai aimé mes séjours. C’est ça aussi le voyage ça vous permet de vous remettre en question, de grandir intérieurement, de garder un état d’esprit positif et de se découvrir un courage insoupçonné. C’est simple aujourd’hui, je voyage ou je veux !
Certes, je ne vais pas partout les yeux fermés, les mains dans les poches ! J’appréhende certaines destinations (parfois à tort) donc je me renseigne énormément avant mon départ et je prends en compte le feed-back d’autres voyageuses noires, qui ont voyagé vers ces lieux. Mais en aucun cas, un avis négatif me fera rayer un pays de ma liste. J’encourage chacun à se faire sa propre expérience, tout en prenant toujours en compte les retours afin d’être un minimum mentalement préparé à la réalité du racisme et de la discrimination et de voyager en toute sécurité. Mon interview sur la discrimination en voyage est disponible ici.

Je vous rédige vers la page “Équipement” où je vous partage tout mon matériel de voyage tout en expliquant pourquoi je l’ai choisi. Vous pourrez également cliquer sur la photo de l’article de votre choix pour l’acheter.

J’ai plusieurs techniques. Premièrement, lorsque j’arrive dans un endroit qui me fascine et que j’ai envie d’immortaliser le moment, j’essaie de repérer une personne seule, qui galère elle-même à se prendre en photo avec son selfie stick. La plupart du temps, je tombe sur des femmes voyageant seules. Je propose alors de la prendre en photo et lui demande de faire pareil. J’aime cette technique, car c’est un échange mutuel et les personnes sont ravies de s’entraider. J’évite d’arrêter la première personne qui passe et demander une photo, car j’ai réalisé que souvent ça les embêtait et donc les photos étaient fait à la va-vite sans aucun cadrage. Quand je ressens que je dérange une personne, je n’insiste pas, je prétends juste que le cliché pris me plaît et je dis merci. Deuxième, j’ai investi dans un bon matériel photo, alors je sais me prendre seule en photo grâce à mon trio gagnant : appareil photo + Trépied + Télécommande.

Vous pouvez me contacter via ma page de contact.
Vous pouvez également me contacter via mes réseaux sociaux : Instagram, Youtube ou bien Facebook

Ce site web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désabonner si vous le souhaitez. Accepter Lire plus